Historique

Les origines de Cas par cas…

Face à une demande de création d’outils pour faciliter l’intégration des migrants et leur prise en charge, Olivier, psychologue expert, a l’idée d’utiliser le principe des tests projectifs.

Des images qui permettront aux migrants de parler d’eux, dans un autre cadre que celui de la demande d’asile. Une opportunité pour les animateurs de montrer qu’ils s’intéressent à leur histoire, leur parcours, leur culture.

Olivier commence donc à développer une liste des cartes qui seront nécessaires : des paysages rappelant les différents pays d’origine, des silhouettes, des objets…

Il s’associe avec Laure, illustratrice et co-fondatrice de l’association Ink Link, qui utilise le dessin pour aider des causes humanitaires et sociales.

Ils s’interrogent alors sur le style graphique adapté.

Oui ! Un style le plus neutre possible pour parler au plus grand nombre…

Puis vient l’étape du test avec les migrants ! Ils se rendent dans des centres d’hébergement et font leurs premières parties. Ils demandent aux participants de d’indiquer les objets qui manquent.

Et les voilà donc avec une liste d’objets deux fois plus longue…

En cours de route, des membres d’Ink Link rejoignent l’équipe pour le suivi du projet. De nouveaux tests sont effectués dans des conditions variées… Et puis des dossiers sont remplis pour pouvoir financer la production du jeu. La Fondation de France apporte son soutien.

Nous pouvons collecter vos expériences de terrain, récits de migrants pour valoriser les parcours de chacun !